Dassault Aviation rebondit après l’arrêt de son programme d’avion d’affaires Falcon 5X, cloué au sol par des problèmes de moteurs. L’avionneur a présenté le Falcon 6X qui prendra la relève. Une bonne nouvelle pour la Nouvelle-Aquitaine et notamment pour la ville de Mérignac, où l’assemblage final des Falcon est réalisé.

dassault falcon 6x vue de face

Dassault Aviation tourne la page du 5X. En décembre dernier, après avoir précédemment annoncé trois ans de retard au total pour l’envol de son appareil, l’avionneur mettait fin à l’aventure, se disant engagé dans un « processus de résiliation du contrat Silvercrest conduisant à l’arrêt du programme Falcon 5X (…) au vu de l’ampleur des risques techniques et calendaires » de ce moteur devant équiper le futur avion d’affaires. Dassault Aviation préférait alors renoncer devant les difficultés successives rencontrées dans le développement du moteur Silvercrest de Safran Aircraft Engines.

Pour mémoire, équipé de moteurs provisoires non conformes aux spécifications, le Falcon 5X avait réalisé son 1er vol le 5 juillet 2017 et entamé une campagne d’essais préliminaire limitée par les capacités du moteur. Le comportement de l’avion s’est révélé conforme aux attentes mais à l’automne 2017, Safran avait rencontré de nouveaux problèmes sur le compresseur haute pression, signifiant un nouveau retard. Et Dassault Aviation avait préféré jeter l’éponge en se tournant vers un nouveau programme, le Falcon 6X, équipé cette fois de moteurs Pratt & Whitney Canada.

C’est ce biréacteur Falcon 6X qui a été présenté au Bourget. Il emprunte beaucoup de ses caractéristiques au 5X, notamment ses caractéristiques aérodynamiques et systèmes validés lors de la campagne d’essais en vol préliminaire. Ce nouvel appareil sera en mesure de voler entre Londres et Los Angeles et entrera en service en 2022, a déclaré le PDG Eric Trappier. Il sera proposé au prix de 47 millions de dollars (38,45 millions d’euros environ) et offrira « la cabine la plus spacieuse sur le segment longue portée » avec 1,98 m de haut et 2,58 m de large pour 12,3 m de long. Cette dernière sera en capacité d’accueillir jusqu’à 16 passagers dans trois salons distincts. Comme attendu, le 6X bénéficiera de moteurs PW800 de Pratt & Whitney Canada. Son autonomie maximale devrait atteindre 10.186 km, plus qu’aucun autre jet de la même catégorie. Le premier vol est attendu pour le début de l’année 2021, pour des livraisons à partir de 2022, et une cadence de production de deux appareils par mois est annoncée.

La cabine du 6X (photo Dassault Aviation)

dassault falcon 6x intérieur

Une bonne nouvelle pour la Nouvelle-Aquitaine

Dassault compte en Nouvelle-Aquitaine plusieurs sites intervenant sur les avions Falcon, dont :

  • Mérignac (assemblage final, mise en point au sol et en vol, livraison, ainsi que l’aménagement de certains Falcon),
  • Martignas-sur-Jalles (industrialisation et fabrication des voilures),
  • et Biarritz (industrialisation et fabrication des éléments composites et assemblage des tronçons de fuselage).

Le site de Poitiers assemble quelques éléments sur des programmes Falcon. Le rebond rapide de Dassault Aviation après l’échec 5X et le lancement de ce nouveau programme sonne donc comme une bonne nouvelle pour l’emploi local, dans un contexte de reprise modérée de son activité civile Falcon. L’avionneur a enregistré 41 exemplaires commandés en 2017 contre 33 en 2016, et 49 Falcon livrés l’an passé.

Source: objectifaquitaine.latribune.fr