La fameuse marque de chaussure à la semelle rouge Christian Louboutin se lance dans la parfumerie avec trois premiers parfums, conçus pour trois types de personnalité féminine.

 

« J’ai songé à une femme et à ses désirs. » C’est par cette phrase que Christian Louboutin présente « Bikini Questa Sera », « Tornade blonde » et « Trouble in heaven » : ses trois premiers parfums. « J’ai imaginé ces parfums pour qu’ils exaltent une facette de sa personnalité, ou même, pour qu’ils révèlent quelque chose qu’on ignore d’elle (…). Tous racontent une histoire et dévoilent un secret ».

Depuis quelques années, les marques de luxe s’intéressent de près au secteur de la parfumerie. Après Jimmy Choo en 2011 et Louis Vuitton cette année, c’est au tour de la célèbre marque de chaussure Louboutin de nous présenter sa gamme de parfums.

christian louboutin parfums flacons

Il y en a pour tous les goûts et surtout toutes les personnalités puisque le principe repose sur trois odeurs et trois couleurs pour trois personnalités différentes. Bikini Questa Sera s’illustre par ses notes de jasmin et de tubéreuse, il « évoque le parfum du soleil qui fond sur la peau à l’instant où le jour devient nuit », Tornade Blonde sent la violette, la rose et le cassis. C’est le parfum « de l’amour et de l’aventure, (…) c’est la fragrance du désir ». Enfin, Trouble in Heaven « attise le feu ». « Mystérieux, il enveloppe celle qui aime provoquer » avec ses senteurs d’Iris, de patchouli et d’absolu de tonka.

 christian louboutin parfums dessin

Mais les parfums Louboutin se veulent être aussi de véritables objets d’art. Christian Louboutin a collaboré avec Heatherwick Studio, qui a designé, entre autres, le chaudron des Jeux Olympiques de Londres en 2012. Il nous propose ici trois flacons rouge, pourpre et ambré, tout en transparence.

Si vous souhaitez tester les premiers parfums de Louboutin, sachez qu’ils sont disponibles depuis mi-septembre au prix de 275€ chacun dans une sélection de boutiques ainsi que sur christianlouboutin.com.

Julia Borel / Crédits : Christian Louboutin